Guide pour flasher un Bios avec un mini programmeur SPI CH341A

Si votre ordinateur se relance sans cesse, après avoir essayé de flasher le Bios via le M-Flash et qu’aucune solution standard ne marche : faire un reset du CMOS, débrancher les disques durs, changer de place la mémoire, retirer la pile, essayer d’accéder à Dos via une clé USB bootable pour y réinstaller le Bios, alors il ne vous reste plus qu’à reprogrammer le Bios avec un circuit intégré externe.

Matériel nécessaire :

mini programmeur SPI CH341A (10 euros),
SOIC8 SOP8 pince de Test pour EEPROM 93CXX / 25CXX / 24CXX (13 euros),
– un second ordinateur (que ce soit portable ou de bureau).

Alternative à la pince: jumper mâle femelle pour la connexion JSPI1 (7 euros).

Logiciel nécessaire :

driver USB du mini programmer SPI (gratuit),
CH341A Programmer v1.30 (gratuit).

Alternatives : CH341A Programmer v1.18, CH341A Programmer v1.29, CH341A Mini Programmer (Black Edition), AsProgrammer, Flashrom pour Windows.

Ce matériel est le même utilisé par les producteurs de cartes mères, que ce soit MSI, Asus, Asrock, Gigabyte … pour débloquer les cartes quand elles sont hors service, à condition qu’elles n’aient pas eu de court-circuit et qu’elles n’aient pas brûler. Il vous permettra d’économiser entre 100 et 800 euros, c’est à dire le prix d’une vieille carte mère, ou d’un ordinateur récent si vous préférez tout racheter. Il vous coûtera entre 5 et 25 euros selon si vous l’acheter en Europe ou en Chine; bien sûr avec des délais de transport de minimum 2 jours pour l’Europe et 1 mois pour la Chine.

Il existe deux versions du mini programmer SPI : une noire (celle que j’ai utilisé; voir image ci-dessous), une bleue. Il n’y a pas de différence si ce n’est le voltage de la noire qui peut-être plus puissant, de 3.3V à 5V contre 3.3V pour la bleue. Il est indiqué sur les forums que la noire a un voltage trop fort et peut griller la carte mère, c’est faux je n’ai rien constaté de problématique dans mon cas (carte mère d’ordinateur de bureau).

Ce guide est a utiliser en cas de dernier recours, à vos propres risques. Chaque configuration présentant ses propres problèmes, ses propres failles.

Guide

Guide – 1ère partie : préparer la carte mère.

– ouvrez le capot du boîtier de votre ordinateur, prenez en photo les branchements pour ne pas vous perdre plus tard quand vous devrez tout reconnecter.
– débranchez l’alimentation du PC,
– débranchez tous les périphériques,
– retirez la carte graphique,
– retirez les barettes de mémoire,
– retirez le ventirad (vous aurez besoin de pâte thermique plus tard),
– retirez le processeur,
– débranchez toutes les autres connectiques (USB, PS/2, Power SW, Reset SW, P Led +/-),
– sortez la carte mère de l’ordinateur,
– mettez la près d’un autre ordinateur qui fonctionne (que ce soit un portable ou un ordinateur de bureau),

Guide – 2nde partie : préparer le mini programmeur SPI CH341A.

– branchez le mini programmeur SPI CH341A à votre ordinateur de secours,
– installez les drivers du programmeur. Si l’installation ne fonctionne pas, faîtes une installation manuelle : panneau de configuration > système > gestionnaire de périphériques > clic droit sur périphérique inconnu > mettre à jour le pilote > choisir l’emplacement des drivers. Si cela ne fonctionne pas, tentez d’autres versions des drivers sur le net.
– lancez le logiciel du programmer CH341A,
– mettez le bras armé (qui ressemble à une antenne) du mini programmeur vers le haut,
– insérez le cavalier de la pince dans le mini programmeur (avec les chiffres 1 2 3 4 à gauche, 5 6 7 8 à droite) dans la première partie de la connexion femelle du CH341A (c’est à dire à gauche, la partie droite étant dédiée au EEPROM 24),
– enclenchez le bras armé du mini programmeur en le positionnant vers le bas.
– branchez la pince SOIC8 au Bios (puce mémoire SPI à 8 broches); il se trouve près d’une connexion JSPI1 (voir image ci-dessous). Le programme reconnait alors que le programmeur est connecté.

Exemple avec ma carte mère :

Guide – 3ème partie : utiliser le mini programmeur SPI CH341A pour lire la puce SPI.

– appuyez sur le bouton Detect du logiciel pour reconnaître le Bios. Le programme devrait reconnaître la marque et le modèle de la puce.
– si le Bios n’est pas reconnu avec Detect, alors vérifiez que la pince soit bien installée sur le Bios. Il est important que le contact soit parfait.
– si le Bios n’est toujours pas reconnu avec Detect, alors inversez le cavalier dans le mini programmeur SPI et inversez la pince sur la carte mère. Il n’y a pas de risque de court-circuit à priori.
– si le Bios n’est toujours pas reconnu avec Detect, alors entrer manuellement le type, la marque et le modèle.
– si le logiciel annonce que le programmeur est bien connecté, alors appuyez sur le bouton Read. Normalement la mémoire tampon devrait se remplir sur l’interface et les lignes pleines de FF devraient être remplacées en grande partie par des codes en hexadecimal. Si toutes les lignes ne présentent que des FF, alors cela veut dire que le logiciel n’a pas pu lire le Bios comme il aurait dû. Il est peu probable que la puce soit totalement vide, vierge de code. Que se passe t-il ? le programmeur doit pouvoir envoyer assez d’énergie dans au moins la moitié de la carte mère pour pouvoir effectivement lire le Bios. Il pourra ainsi lire aisément le Bios dans des petites cartes mères, du type tablette, ordinateur portable, micro ATX. Par contre dans des cartes mères d’ordinateur de bureau, il va falloir alimenter cette dernière.- si le logiciel n’a pas pu lire correctement le Bios, alors débranchez la pince. Reconnectez l’alimentation du PC à la carte mère (avec les deux broches), reconnectez l’alimentation au secteur. Reconnectez la pince. Appuyer sur le bouton Read. Cette fois-ci le logiciel devrait correctement lire la puce. C’est ce qui a marché pour moi avec une carte mère MSI Z77A-G43. Si ce n’est toujours pas le cas, référez vous à l’aide plus bas.

Guide – 4ème partie : utiliser le mini programmeur SPI CH341A pour écrire le Bios sur la puce SPI.

– sauvegardez le Bios lu, file > Save, en tant que Backup.bin par exemple. En cas de problème, vous pourrez toujours le remettre.
– appuyez sur le bouton Erase afin d’effacer le Bios de la puce SPI.
– appuyez sur le bouton Blank pour remplacer le code de la puce SPI par des FF.
– appuyez sur le bouton Open, et sélectionnez votre Bios (fichier ROM). Si votre Bios a une extension bizarre, ce n’est pas un problème, sélectionnez *.* dans le choix du format du fichier à ouvrir. Vous pouvez toujours le renommer en Bios.bin si vous voulez. Vous trouverez le dernier Bios de votre carte mère sur le site du constructeur en indiquant le modèle de votre carte mère inscrit directement sur sa face, ainsi que sur le dos.
– appuyez sur le bouton Program. Le logiciel va alors écrire le Bios sur la puce. Cela peut prendre entre 2 et 15 minutes.
– ensuite, appuyez sur le bouton Verify pour vérifier que le Bios a été bien programmé, qu’il n’y ait aucune erreur. Le logiciel devrait indiquer: que le buffer mémoire et la puce ont le même code.
– appuyez sur le bouton Read, sur le bouton Open, sélectionnez le Bios à flasher, cliquez sur Ok, appuyez sur le bouton Verify pour être sûr et certain qu’il a été bien programmé.

– si oui, ça y est vous êtes bon pour déconnecter la pince, l’alimentation et tout rebrancher dans le boîtier de votre ordinateur.
– quand tout est bien rebranché, démarrez l’ordinateur, celui-ci devrait directement booter sur Windows.
– autrement, il vous faudra retourner dans le Bios pour remettre les priorités sur le disque UEFI bootable avec Windows. Mais aussi reparamétrer l’heure dans le Bios.

*** Aide – en cas de problème de lecture. ***

– si vous n’avez pas pu lire la puce avec le CH341A programmer v1.30, alors essayez une autre version du logiciel. La version la plus populaire est le CH341 programmer v1.18. Essayez d’autres drivers. Essayez d’autres logiciels.
– si rien ne marche, alors la procédure se complexifie. Si le logiciel ne peut pas lire convenablement la puce, il pourra d’autant moins la reprogrammer, au contraire il va encore plus la corrompre. Il va falloir démonter le Bios de la carte mère et le mettre directement sur le petit circuit intégré (comme sur l’image plus bas).

Matériel nécessaire :

station de soudage à air chaud (75 euros),
un kit de soudure avec une tête fine (25 euros), incluant une tresse (desoldering wick), du fil d’étain.

Là aussi ces techniques sont à utiliser à vos risques et périls. Elles sont complexes mais pas impossibles.

– notez la disposition du Bios sur la carte mère, avec les chiffres 1 4 5 8.
– d’abord utilisez le souffleur d’air chaud à 400°C pendant 3-4 minutes sur le Bios afin de faire fondre ses soudures. Regardez des guides de soudure de circuit intégré sur Youtube pour comprendre comment faire. Le plus important est de ne pas faire fondre les circuits avec le fer à souder en rentrant en contact avec ceux-ci.
– une fois dessoudé, il va falloir monter le petit circuit intégré vendu avec le mini programmeur SPI CH341A, et souder les deux petits cavalier sur le centre là où les chiffres sont indiqués.
– puis disposer le Bios sur les connexions adaptées en respectant l’ordre (1 4 5 8; voir sur la carte mère). Le point sur la puce doit se trouver sur le 1. Souder le Bios au circuit. Il vaudra utiliser la tresse pour enlever le surplus d’étain ou retirer un pont d’étain entre deux soudures.
– lever le bras armé du programmeur, insérez le résultat dans le mini programmeur. Le Bios doit se trouver sur la gauche du programmeur si on regarde celui-ci avec la connexion USB en haut). Enclenchez le bras.


– maintenant, réessayez de lire la puce avec le logiciel CH341 programmer v1.30 (voir la 4ème partie du guide, plus haut). Les chances que cela fonctionne cette fois-ci sont maximales. Il n’y a plus de problèmes d’histoires de tension insuffisante ou excessive.

Si cela ne marche pas. Encore une fois tentez d’autres versions du logiciel, d’autres drivers. D’autres logiciels.

Si rien ne marche encore, cela signifie que la puce a été endommagée après le mauvais flash. Il vous faudra commander une nouvelle puce avec le même type de mémoire.

Si après avoir reçu une puce vierge achetée sur Internet, après l’avoir flashé, rien ne marche. Cela veut dire que la carte mère a besoin de l’adresse MAC (inscrite au dos de la carte mère). Il faudra alors trouver le moyen de rajouter celle-ci dans le Bios avec un éditeur hexadecimal.

Solutions par défaut

Si au final rien ne marche, le problème devient d’autant plus insoluble. Il se peut que la carte mère soit finalement endommagée. Vous êtes bon pour racheter une ancienne carte mère avec le risque d’avoir une carte obsolète, ou bien le même problème de Bios corrompu.

Il vaudra alors mieux racheter une carte mère de dernière génération disposant d’une sécurité pour éviter de revivre le même ennui, à savoir un second Bios (Bios parallèle de secours) ou encore mieux un Bios Flashback qui permet de réinstaller un Bios même si l’ordinateur plante au démarrage, et ce grâce à un bouton et un port USB dédié.

C’est ce que propose la carte mère ASUS ROG MAXIMUS X APEX. Il vous faudra aussi un nouveau processeur, par exemple le Intel Core i7-8700K, l’ancien n’étant plus compatible. De nouvelles barrettes de mémoire DDR4, les anciennes barrettes DDR3 n’étant pas non plus compatible.


Articles Relatifs

Share

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz