Les énergies les moins chères

ÉnergieCoût
€/MWh
Géothermie36,7
Fioul lourd36,7
Moulin à eau45,0
Lignite46,2
Éolien terrestre47,1
Gaz cycle combiné47,9
Gaz naturel49,1
Hydraulique56,0
Hydraulique barrage56,0
Bois trigénération58,8
Gaz de pétrole liquéfié61,6
Solaire photovoltaïque65,3
Fioul65,5
Charbon72,0
Nucléaire EPR82,0
Essence82,2
Biomasse bois84,1
Biométhane85,0
Microturbine85,3
Énergies fossiles87,0
Diesel87,9
Hydraulique fil de l'eau89,1
Hydraulique éclusée89,1
Thermique à flamme89,4
Incinération déchets93,8
Bioéthanol94,5
Solaire98,1
Propane101,6
Nucléaire102,9
Pétrole105,0
Hydrogène pile à combustible115,8
Charbon ultra-supercritique124,1
Torche à plasma125,0
Éolien offshore134,1
Charbon supercritique134,8
Énergies renouvelables138,6
Solaire eau thermique152,9
Solaire thermodynamique184,5
Micro-algues201,6
Butane204,6
Marémotrice courants333,9
Marémotrice houle400,0
Marémotrice marée417,8
Piézoélectrique-
Marémotrice thermique-
Charbon capture et stockage-
Energies limitées en ressources

On trouve très rapidement toutes les énergies fossiles qui sont financièrement très intéressantes. C’est sans surprise les plus polluantes qui arrivent en tête de fil : la lignite et le fioul lourd. Le gaz naturel en cycle combiné et conventionnel. Le fioul domestique. Le charbon qui est l’énergie la plus utilisée sur terre pour générer de l’électricité.

Le nucléaire avec l’EPR, il s’agit d’une estimation par les constructeurs. Le nucléaire. Le pétrole qui était un des carburants les plus bon marché pour les centrales il y a 50 ans.

Les variantes du charbon pour réduire l’empreinte écologique, à savoir le supercritique, l’ultra-supercritique, le “capture et stockage” de CO2.

Côté renouvelable

La géothermie est l’énergie la plus attractive au niveau du prix. Les endroits qui sont les plus adéquates pour mettre en place des centrales géothermiques ne sont cependant pas courants.

L’éolien qui a une technologie au point depuis déjà plusieurs décennies. L’hydraulique qui est exploitée depuis des siècles. Le bois trigénération qui est très récent et possède donc un gros potentiel pour ce qui est de l’optimisation des coûts.

Le solaire photovoltaïque est sans doute l’énergie renouvelable qui aura le plus grand essor dans les 2-3 prochaines décennies, on ne cesse de faire des progrès, de réduire le poids des appareils, l’efficacité énergétique, les possibilités d’installations. La dernière technologie à couche mince permet d’épouser la forme des collines, des montagnes, de tout type de toit.

La biomasse avec le bois. Le biométhane qui commence son envol. L’hydraulique à plus petite échelle. L’incinération des déchets qui va voir son rendement et son facteur de charge augmenter. Le bioéthanol. L’hydrogène sous forme de pile à combustible est toujours à l’état embryonnaire. Tout comme la torche à plasma. L’éolien offshore devrait très vite tendre vers le terrestre au niveau du prix énergétique. Le solaire eau thermique qui a été bien exploité. Le solaire thermodynamique dont la part énergétique est encore minuscule de nos jours. Les micro-algues qui seront bientôt prêtes pour la conception naturelle d’hydrocarbures.

Le marémotrice, c’est sans doute la technologie la plus délaissée de façon injuste malgré une ressource incroyable; son prix devrait s’écrouler dans cette moitié de siècle. Pour l’heure uniquement la France et la Corée du sud tirent parti de la force des marées; ce dernier pays sera d’ailleurs le leader en la matière dans les années à venir.

Le piézoélectrique est à l’état d’abandon.