Les plus gros projets et investissements de Marseille

Date prévue de fin du projet : projet.

2037 : 225 millions d’euros dans la construction de 1350 nouveaux logements et la réhabilitation de 3500 autres. La caisse des dépôts et la Logirem ont créé un prêt à taux zéro sur vingt ans. A Marseille et dans tout le département.

2030 : 2,5 milliards d’euros. Avec un nombre croissant de voyageurs, la gare passerait de 12 millions de voyageurs en 2017 à 20 millions en 2030. Le projet est appelé « Quartiers Libres ». Le but est de redynamiser la gare, créer un parc urbain qui reconnecte le centre-ville à la belle de Mai, étendre la gare Saint-Charles en souterrain avec la future LGV PACA qui relira Barcelone à Gênes. Ainsi la gare ne sera plus un terminus mais deviendra une gare de relais. La capacité d’accueil des trains passera de 23 trains (heure de pointe en 2012) à 44 trains d’ici 2030. Un tunnel de 10 km sera creusé avec la mise en place de 4 nouvelles voies. Avec des connexions aux bus, métros, trams, et aux navettes aéroport.

2030 : 400 millions d’euros pour l’infrastructure autour d’Euromed 2. A savoir le prolongement de la ligne de métro numéro 2, avec une station, une gare routière, un parking relais, une connexion avec le tram à Arenc, des ouvrages routiers, des ouvrages hydrauliques.

2030 : 860 millions d’euros pour l’écoquartier d’Euromed 2. Déjà 160 millions d’euros pour réaliser « Smartseille », le premier quartier d’Euromed 2. : 90 logements, 50 logements sociaux, 5 800 m² de bureaux, 8 000 m² de logements. Ensuite 38 millions d’euros pour le parc des Aygalades qui fera le lien entre Euromed 1 et Euromed 2 ; pour l’instant en suspens pour cause de terrain inondable. 120 millions seront apportés par les partenaires publics financeurs, 286 millions d’euros par l’Etat, 184 millions d’euros par la ville de Marseille, et le reste par la communauté urbaine, la région et le département à parts égales. A horizon 2030, Euromed 2 comptera 500 000 m² de bureaux, 160 000 m² d’équipements publics, avec la création de 20 000 emplois. C’est à l’heure actuelle le plus grand projet urbain en Europe.


2028 : 450 millions d’euros pour relancer le port. En l’occurence l’activité des croisières. L’arrière-port de commerce sera transformé pour recevoir de nouvelles escales de bateaux de luxe. En 2012, Marseille recevait 400 escales pour un total de 910 000 croisiéristes. Le but est de recevoir 2 millions de croisiéristes d’ici 2017. Le financement sera fait par le GPPM, l’Etat et les collectivités locales.

2026 : 500 millions d’euros pour rénover l’aéroport Marseille Provence à Marignane. Le programme d’investissement s’achèvera en 2026. La raison, du fait de la croissance du traffic, on devrait passait de 8,3 millions de voyageurs en 2015 à 10 millions de passagers en 2020. Les accès en voiture seront plus fluides, il y aura de nouveaux dépos express, une gare routière entièrement refaite, un musée, des bornes de recharge pour les voitures électriques.

2025 : 20 millions d’euros pour reconvertir le fort d’Entrecasteaux.

2022 : 200 millions d’euros pour améliorer les structures de l’AP-HM. Avec un budget de 1,2 milliards d’euros, l’AP-HM reste déficitaire. Avec un déficit cumulé de 400 millions d’euros, l’organisme des hôpitaux de Marseille (Nord, Timone, Conception, sud) est en difficulté ; en 2016 l’AP-HM a vu son déficit accru de 66 millions d’euros. En cause les frais de structure qui représente 33% des coûts de fonctionnement. C’est 30% de plus que les autres CHU en France. Le ministère exige un redressement des comptes avec 50 millions d’euros d’économie. Pour cela, il faut moderniser les batîments qui ne sont plus aux normes, thématiser les hôpitaux, et donc réorganiser les services, créer de nouvelles unités.

2022 : 110 millions d’euros pour la suite de l’extension du tramway vers le Nord.

2022 : 130 millions d’euros pour le tramway entre Dromel et les hopitaux Sud. Avec 13 nouvelles stations.


2021 : 300 millions d’euros pour le boulevard Sud, nommée U430. Il reliera l’échangeur Florian et la pointe rouge. Ce sera une extension de la L2 et permettra de faciliter les déplacements de près de 200 000 personnes.

2021 : 22 millions d’euros pour la rénovation de la corniche Kennedy. Avec le renforcement de l’encorbellement en béton sur un tronçon d’1 kilomètre. Le chantier durera 5 ans.

2021 : 100 millions d’euros pour concevoir le tunnel du boulevard Schloesing. Cela permettra au tramway de passer sur ce boulevard. Pour l’instant le projet est en suspens.

2020 : 100 millions d’euros pour rescuciter le pont transbordeur sur le Vieux-Port.

2020 : 65 millions d’euros pour réaménager le Jarret entre Chave et la Timone, avec notamment la rocade.

2020 : 35 millions d’euros pour rénover l’avant du Vieux-Port. Avec une chaîne de parcs, une pelouse pour reverdir le port.

2020 : 132 millions d’euros pour une première extension du tramway. Entre Bougainville et le boulevard du capitaine Gèze, plus de 11 nouvelles stations. Egalement entre Arenc et Gèze avec 4 nouvelles stations.

2020 : 139 millions d’euros pour le tramway qui irait de Castellane à Dromel avec 10 nouvelles stations.

2020 : 20 millions d’euros pour mettre en place un téléphérique entre le Vieux-Port et Notre-Dame.

2020 : 73 millions d’euros pour la construction des baumettes 3 prèvu à horizon 2020. Ce centre pénitentière rajoutera 700 places, avec une surface utile de 15 000 m². Il manque à l’heure actuelle 2000 places de prison à Marseille.

2020 : 163,7 millions d’euros pour rénover 250 écoles élémentaires entre 2016 et 2020.

2019 : 30 millions d’euros pour le projet Promologis, avec 500 logements à Saint-Just, dont 193 logements locatifs. La construction du bâtiment « La Calanque » de Jean Nouvel.

2019 : 6 millions d’euros par an pour relancer le J1. Ce hanger accueillera 20 grandes entreprises qui apporteront 4 millions d’euros sur deux ans. Le but est de créer une association pour avoir un pôle marketing territorial qui devrait à terme attirer les financements privés. Un projet sera lancé pour redesigner le J1.

2019 : 72 millions d’euros pour l’université des métiers pour les apprentis près de la tour CMA-CGM. 150 logements, permettant à 1200 jeunes de trouver un métier dans le bâtiment et écoconstruction, la santé, les services admistratifds, le tertiaire, l’électricité, les métiers d’art, le recyclage.

2019 : 20 millions d’euros pour la reproduction de la grotte Cosquer. La Villa qui coûte 4,5 millions d’euros par an est dans un premier temps supposé se transformer en casino pour palier les dépenses puis finalement en musée qui proposera au public de découvrir la grotte Cosquer.

2019 : 74,9 millions d’euros pour rénover le quartier la Solidarité, avec 600 logements réhabilités, 177 nouveaux logements individuels, la démolition de 153 logements, la création d’un parc, d’une école, d’une crèche.

2018 : 30 millions d’euros pour équiper 14 salles des cinémas Gaumont Pathé des dernières innovations.

2018 : 450 millions pour la construction des quais d’Arenc, de la tour La Marseillaise, la tour H99 et la tour Horizon. 200 millions d’euros, 135 mètres, 31 niveaux, 35 000 m² de bureaux, 2 800 m² de restaurant interentreprises, 3 commerce, 350 places de stationnement, rien que pour la tour La Marseille qui sera achevée en 2018. 99,9 mètres, 130 appartements pour la tour H99. 113 mètres, 200 chambres d’hôtels, 150 chambres de résidence de tourisme pour la tour Horizon. Egalement le bâtiment Balthazar, de 31 mètres de haut sur 8 niveaux avec 8 900 m², 2 commerce et 150 place de stationnement.

2018 : 70,1 millions d’euros pour le quartier de la Soude des Hauts-de-Mazargues. 1060 logements réhabilités, 34 logements démolis, 300 logements neufs.

2018 : 4,5 millions d’euros pour réamménager la rue Paradis. Sur 600 mètres, avec des trottoirs de 4,5 mètres de large contre 2,5 actuellement.

2018 : 12,45 millions d’euros pour le projet Erilia et ses 151 logements locatifs près de la tour CMA-CGM.

2018 :  31 millions d’euors pour remettre en l’état le tunnel du Rove.

 

2018 : 2,1 millions d’euros dans le projet Logirem, avec 7 logements à l’Estaque.

2018 : 12 millions d’euros pour réaménager le cours Lieutaud.

2018 : 25 millions d’euros pour le « Dôme », un batîment de 12 étages, boulevard Maréchal Juin.

2018 : 3 millions d’euros pour la requalification de l’avenue Camille Pelletan près de la porte d’Aix.

2017 : 20 millions d’euros pour un ensemble de 5000 m² destiné au développement de sociétés biotechnologiques.

2017 : 90 millions d’euros pour la construction du centre commercial Prado-Vélodrome. L’investissement est porté par Klépierre et Montecristo Capital. 23 000 m² de boutiques et de restaurants. Une canopée en verre de 4 200 m². 50 boutiques sur cinq étages. Les Galeries Lafayette sur 4 niveaux avec 9 400 m². Le chantier devrait être fini pour 2018.

2017 : 624 millions d’euros pour la rocade L2, le plus important chantier d’infrastructure en France actuellement. 150,6 millions d’euros sont financé par la Société de la Rocade L2. Appelée A507, la rocade L2 a été imaginée il y a 80 ans. Le premier plan de la L2 date en effet de 1933 (comme le tunnel Prado Carénage qui fut livré en 1993 et le tunnel du Vieux-Port en 1967). La L2 Est a été mise en service en 2016. Tandis que la L2 nord sera opérationnel en 2017. La L2 sera la première route solaire, une route munie de panneaux solaires pour lancer le projet de 1000 km de route solaire en France ; un projet décrié car les panneaux au sol emmagasinent davantage de chaleur, ce qui décroit leur rendement et le fait qu’ils soient à l’horizontale divise par 3 la réception du soleil par rapport aux cellules photovoltaïques sur plan incliné.

2017 : 180 millions d’euros pour transformer deux anciens bâtiments en pôle numérique (MRS2 et MRS3 dans le 3ème) et recevoir les géants de l’Internet : Facebook, Google et Amazon.

2017 : 90 millions d’euros pour l’extension de la ligne 2 du métro vers les quartiers nords. En image le projet final du réseau de métro à Marseille (à horizon inconnu).

2017 : 590 000 euros pour la rénovation du skatepark de Marseille.

2017 : 650 000 euros pour la création d’un musée subaquatique avev des statues immergées à 12 mètres de profondeur, près de l’anse des catalans, à 400 mètres du large.

2017 : 3,4 millions d’euros pour payer les « réverbères fantômes », des réverbères de Marseille qui auraient fonctionnaient sans contrat avec EDF pendant huit ans pour un coût total de 7,4 millions d’euros. Le coût annuel de l’éclairage public est estimé à 10 millions d’euros.


2017 : 13 millions d’euros dans un club de vacances à la Belle de Mai. Avec 124 chambres, un parking de 120 places, 60 employés, une piscine, une aire de jeu pour les enfants, un terrain de pétanque, une aire de méditation, sur une surface totale de 7000 m². Le coût d’un séjour d’une semaine pour 4 personnes s’élèverait à 1550 euros.

2017 : 95 millions d’euros dans les Baumettes 2. L’établissement accueillera 570 détenus. L’établissement compte une salle de musculation, un gymnase. Dans chaque cellule il y a un frigo, une douche. Les Baumettes 2 permet de soulager les Baumettes 1 construit en 1933 qui compte 1800 détenus alors qu’il n’y a que 1370 places. Plus de 700 prisonniers et prisonnières ont put être déplacé aux Baumette 2.


2017 : 54 millions d’euros pour construire le bassin de rétention de Ganay. Il servira à retenir 50 000 m3 d’eaux usées et pluviales qui iront ensuite dans la station d’épuration à proximité, réduisant ainsi de 50% les rejets d’eaux usées non traitées vers le parc national des calanques.

2017 : 149,5 millions d’euros pour la rénovation du quartier Centre Nord, avec la création de 497 logements, 100 logements sociaux réhabilités.

2017 : 159,2 millions d’euros pour le quartier Malpassé, avec la démolition de 94 logements sociaux, 96 réhabilitations.

2017 : 116,4 millions d’euros pour le quartier du plan d’Aou. 258 logements locatifs sociaux neufs, des terrains de sport.


2016 : 5,6 millions d’euros pour rebâtir le rond-point du Prado. On ne sait toujours pas quelle oeuvre ira sur le rond-point.

2016 : 2,19 millions d’euros pour la rénovation de la Major.

2015 : 41 millions d’euros pour installer deux portiques géants dans le port. De la part de la société PortSynergy qui doit répondre à la croissance.

2015 : 8,6 millions d’euros dans l’agrandissement de l’hôpital de la Timone, avec une plateforme de recherche et d’innovation mutualisée et un centre de ressources microbiologiques pour le développement de diagnostics avancés des maladies infectieuses. Pour un total de 21 000 m². L’institut Méditerranée Infection accueille 700 salariés.

2015 : 4,5 millions d’euros pour la construction du campus de la Timone.

2015 : 117,6 millions d’euros pour le quartier de St Barthélémy Picon Busserine. 330 logements démolis, 110 logements sociaux neufs, réhabilitation de 914 logements.

2015 : 120 millions d’euros pour le tunnel de la Joliette à la place de l’ancienne passerelle de l’autoroute A55.


2014 : 27 millions d’euros dans les Voûtes de la Major. Financé par la Caisse d’Epargne Provence Alpes Corse, cette surface commerciale fait plus de 7 200 m². Avec un total de 80 boutiques.

2014 : 466 millions d’euros pour construire les Terrasses du port. 61 000 m² de commerces, 190 boutiques et restaurants. Plus de 2600 places de parking, une terrasse panoramique de 260 mètres de long, avec une vue unique sur la mer. Ce centre financé par le groupe anglais Hammerson peut recevoir jusqu’à 24 000 visiteurs à la fois et compte en accueillir 15 millions par an. En 2013, la ville recevait 10 millions de personnes en devenant capitale européenne. Le groupe espère réaliser 350 millions d’euros de chiffre d’affaire par an. En 2014, l’ « évasion commerciale » serait passé de 1 milliard à 750 millions d’euros.

2014 : 270 millions d’euros pour rénover le stade Vélodrome. C’est le coût de trois ans de travaux, pour que l’enceinte reçoive 67 000 personnes contre 51 000 auparavant. Financé à moitié par Arema et à moitié par l’Etat et les collectivités locales. En échange, la ville verse pendant 31 ans une redevance de 23,5 millions d’euros par an à Arema. Et Arema verse quant à lui 12 millions d’euros de recette par an à la ville. Tandis que le loyer fixe de l’OM (que reçoit la ville, propriétaire du Vélodrome) s’élève lui à 3 millions d’euros (un total de 7,4 millions d’euros par an si on compte la part variable de la billeterie) selon. Le stade aurait coûté 550 millions d’euros sur trente ans. Il faudra attendre 65 ans avant que le stade commence à enfin rapporter de l’argent à la ville, à supposer qu’il n’ait pas besoin d’autres travaux d’ici là.

2013 : 12,98 millions d’euros pour la construction du pôle gériatrique sur le site de l’hôpital de Sainte-Marguerite.

2013 : 15 millions d’euros pour le CCR Mucem (Centre de Conservation et de Ressources du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) près de la gare Saint-Charles.

2013 : 70 millions d’euros pour le lifting du centre bourse et remonter en gamme les Galeries Lafayette. L’hypercentre de Marseille génère seulement 488 millions de chiffres d’affaires annuels (dont 152 millions pour le Centre Bourse, 122 millions pour Saint-Ferréol, 61 millions pour la Rue Paradis, 46 millions pour la Canebières, 15 millions pour rue de Rome), contre 1,83 milliards d’euros pour la périphérie directe (Plan-de-campagne, Grand Vitrolles, Barnéoud Aubagne et La Valentine).

2013 : 82 millions d’euros pour construire le Mucem et la Villa Méditerrannée.

2013 : 27,7 millions d’euros pour le quartier de Kallisté. Programme d’amélioration de l’habitat.

2012 : 45 millions d’euros pour les travaux sur le Vieux-Port. 3,5 hectares ouverts au piétons, deux voies de circulation (dont une pour les bus) au lieu de neuf, donc moins d’encombrements. Suppression des barrières nautiques.

2011 : 300 millions d’euros pour la construction de la tour CMA-CGM, haute de 145 mètres. Capable d’accueillir 2 700 personnes, avec 94 000 m² de superficie, 13 ascenseurs, 33 étages. Elle abrite le siège de la compagnie maritime d’affrêtement. CMA-CGM a un chiffre d’affaires de 16 milliards de dollars de chiffres d’affaires, 449 flotte de navires, actuel numéro 3 mondial du transport maritime.

2011 : 33,2 millions d’euros pour la rénovation du quartier des Créneaux. Démolition de 134 logements, création de 213 logements, développement de la cité artisanale, extension du cimetière.

2010 : 10 millions d’euros pour racheter le fort d’Entrecasteaux sur la rive sud du Vieux-Port.

2010 : 63 millions d’euros pour le programme de La Fourragère, avec un parking de 500 places, une gare de 12 bus, la station de métro.

2010 : 180 millions d’euros pour l’hôpital Ambroise Paré. 52 400 m² de superficie, 480 lits.

2009 : 56,7 millions d’euros pour la patinoire appelée Palais omnisports, et son skatepark. Le palais devait utiliser le parking du projet commercial voisin, mais il est aujourd’hui toujours en cours.

2009 : 81,2 millions d’euros pour le quartier de Saint-Mauront. 900 nouveaux logements, 300 logements sociaux.

2009 : 10 millions d’euros pour la création d’un collège dans la caserne d’Aurelle.

2009 : 72 millions d’euros dans le quartier du Rouet. 14 immeubles pour un total de 90 000 m², comprenant 120 logements.

2009 : 22 millions d’euros pour la rénovation de la gare Saint-Charles.

2008 : 189 millions d’euros pour prolonger le tunnel Prado Carénage avec la construction du tunnel Prado Sud.

2008 : 37 millions d’euros pour la construction d’un pôle nautique près du stade Vélodrome. Capacité : 3000 personnes par jour.

2008 : 135,8 millions d’euros pour le quartier La Savine. 177 logements neufs, 147 logements démolis.

2007 : 380 millions d’euros pour un réseau de tramway de 12 km de long des Docks à l’ouest, jusqu’aux Caillols, à l’est.

2007 : 53 millions d’euros pour deux entités départementales : les archives et la bibliothèque de prêt. Au niveau du boulevard de Dunkerque.

2006 : 1,2 millions d’euros pour la fontaine du cours Julien d’une surface de 1000 m².

2006 : 20 millions d’euros pour le quartier de Saint-Joseph Vieux-Moulin. 49 nouveaux logements.

2006 : 30,5 millions d’euros pour le quartier de Saint-Paul. 96 logements démolis, 126 logements réhabilités, 96 logements reconstruits.

2005 : 156 millions d’euros pour le quartier des Flamants – Iris. Démolition de 542 logements, création de 94 nouveaux logements.

2005 : 62,2 millions d’euros (428 millions de francs) dans la construction de bassins de rétention dans le quartier de la Pointe Rouge, avec des recalibrages des cours d’eau de l’Huveaune et du Jarret. Plus de cents bassins d’une capacité de 1 000 à 50 000 m3.

2004 : 36 millions d’euros dans le lotissement Cap Est. 460 nouveaux logements.

2001 : 380 millions d’euros pour la construction de l’esplanade de la Major d’une longueur de 11 km.

2001 : 3,8 milliards d’euros (25 milliards de francs) pour construire la ligne Méditerranée TGV et les gares de Valence, Avignon et Aix-en-Provence. Il ne faut alors plus que 3 heures pour relier Marseille à Paris.

2001 : 13,7 millions d’euros (90 millions de francs) pour la rénovation du Concorde Palm Beach.

2001 : 68,6 millions d’euros (450 millions de francs) d’investissements dans le port pour la modernisation,  l’élargissement d l’hinterland, l’accroissement du trafic de conteneurs.

2001 : 5,3 millions d’euros (30 millions de francs) pour la restructuration et l’extension dans le casernement de la gendarmerie nationale.

2000 : 40 millions d’euros (262 millions de francs) dans un netcenter de la part de LDCom Networks. Il s’agit d’un hôtel des télécoms de 27 000 mètres carrés près de l’Euroméditerranée.

2000 : 530 millions d’euros (3,5 milliards de francs) pour concevoir les deux lignes de tramway et prolonger la ligne 2 du métro jusqu’à la future rocade L2.

2000 : 54,8 millions d’euros (360 millions de francs) pour l’amélioration de l’infrastructure portuaire et de son outillage.

2000 : 106 millions d’euros (700 millions de francs) sur cinq ans pour la création d’un réseau Armature à la RTM, avec l’équipement de 100 autobus en vidéo surveillance, l’embauche de 100 salariés supplémentaires, un renouvellement du parc avec 150 autobus à gabarit réduit.

2000 : 2,8 millions d’euros pour la dalle de la L2 à Saint-Barnabé.

1999 : 14,1 millions d’euros (60 millions de francs) pour rénover l’hyppodrome Borély.

1999 : 18 millions d’euros pour le parc du 26 ème centenaire.

1999 : 152 millions d’euros (1 milliard de francs) pour l’aménagement du quartier Saint-Charles avec l’arrivée du TGV.

1999 : 840 millions d’euros (5,5 milliards de francs) dans la réhabilitation de 3 000 logements dans la rue de la République, la rénovation de 100 000 mètres carrés de logements et de bureaux près de la porte d’Aix, la démolition du quartier Saint-Jeans et de ses hangars, la construction de nouvelle gares maritimes pour accueillir le trafic de la Corse et les navires de croisières, la réalisation d’équipements culturels et universitaires.

1999 : 1,5 millions d’euros (10 millions de francs) pour la construction du Môle J4 d’une superficie de 40 000 m².

1998 : 3,5 millions d’euros (23 millions de francs) pour la construction du Parvis Schloesing, soit 25 000 m².

1997 : 22,8 millions d’euros (150 millions de francs) pour la construction du grand Littoral et du cinéma.

1997 : 3,8 millions d’euros (25 millions de francs) pour moderniser et étendre l’activité des abattoirs du Sud.

1996 : 1,8 millions d’euros (11,8 millions de francs) pour la reconstruction du grand Hall de la faculté des sciences de Luminy.

1995 : 59,7 millions d’euros (391,9 millions de francs) pour rénover le stade Vélodrome.

1993 : 252 millions d’euros (1,2 milliard de francs) pour le tunnel Prado-Carénage.

1989 : 3,6 millions d’euros (24 millions de francs) pour le cours d’Estienne d’Orves d’une surface de 1,5 hectare.

1982 : 5,4 millions d’euros (20 millions de francs) pour le réaménagement et la réfection de la pelouse du stade Vélodrome.

1981 : 750,5 millions d’euros (1800 millions de francs) pour la construction des stations d’épuration dans le cadre d’un programme d’assainissement du littoral.

1978 : 865 millions d’euros (1,65 milliards de francs) pour la construction de la ligne 2 du métro.

1977 : 57,1 millions d’euros (100 millions de francs) pour assainir la cité Grand Arénas de la Cayolle.

1973 : 662,3 millions d’euros (760 millions de francs) pour la construction de la ligne 1 du métro.

1964 : 2,5 milliards d’euros (4 milliards de francs de 1976) pour la construction du canal de Provence.

1961 : 27,7 millions d’euros (22 millions de francs) pour moderniser l’aéroport de Marseille-Marigane.

1959 : 9,4 millions d’euros (576 millions de francs) pour la construction du phare de Planier.

1956 : 1 million d’euros (52 millions de francs) pour la piscine du Cercle des Nageurs.

1955 : 154 millions d’euros (2,8 milliards de francs) pour la construction du Corbusier et de la cité Radieuse.

1926 : 70,2 millions d’euros (135 millions de francs) pour la construction du bassin Mirabeau, du bassin de la Madrague et du bassin de la Pinède dans le cadre de l’agrandissement du port qui voit son trafic commercial et maritime militaire accru.

1903 : 227,2 millions d’euros (71 millions de francs) pour la construction du tunnel du Rove.

1893 : 44,8 millions d’euros (14 millions de francs or) pour la construction de la Major. Sa construction aura duré 40 ans.

1862 : 456 millions d’euros (100 millions de francs) pour la construction de la rue de la république. Avec le percement de la rue Impériale, libérer les terrains, les niveler, les bâtir.

1859 : 186,9 millions d’euros (41 millions de francs) pour la construction de la ligne Marseille Saint-Charles jusqu’à Toulon.

1854 : 170 millions d’euros (52 millions de francs) pour la construction du canal de Marseille.

1844 : 45,5 millions d’euros (18 millions de francs) pour la construction du bassin de la Joliette, de la digue du Large.

1839 : 33,5 millions d’euros (9 millions de francs) pour approfondissement des mouillages, et le recul du bâti des quais du Vieux-Port.

1838 : 37,3 millions d’euros (10 millions de francs) pour la construction du canal dans le cadre d’agrandissement du Vieux-Port par François Zola.

1829 : 163,5 millions d’euros (50 millions de francs) d’investissement sur 5 ans dans les structures industrielles.

C’est un coût total d’au moins 7,3 milliards d’euros pour les 20 prochaines années, 4,5 milliards d’euros pour les dix dernières années, 12,8 milliards d’euros avant 2007. Soit au moins 24,6 milliards d’euros qui ont et vont contribué au développement de Marseille sur plus de 200 ans.

Bien sûr, il manque plusieurs données, telles que le coût de la corniche en 1848, le coût du tunnel sous le Vieux-Port en 1964. La construction des principales avenues, de Borély, la préfecture, le Palais Longchamp, la rénovation hausmannienne, l’ancien tramway, l’ancien téléphérique, le Palais des sports, le Dôme, les hopitaux, le conseil départemental, la Valentine, Plan de Campagne, le Stade Vélodrome …




Articles Relatifs


Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz